Accueil » Economie » WWF publie le rapport de son étude sur « Exploitation minière dans la Réserve naturelle d’Itombwe »

WWF publie le rapport de son étude sur « Exploitation minière dans la Réserve naturelle d’Itombwe »

Le Fonds mondial pour la nature a présenté jeudi dernier à Kinshasa son étude sur « Exploitation minière dans la Réserve naturelle d’Itombwe » aux membres de la société civile, de l’ICCN, du ministère mine et Ong pour enrichissement du rapport final de ladite étude.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a organisé jeudi 20 décembre 2012 au Centre catholique CEPAS à Kinshasa/Gombe, à l’intention des membres de la société civile, de l’Iccn, du ministère mine et Ong, un atelier de restitution de l’étude menée sur « l’exploitation minière artisanale dans les aires protégées et les écosystèmes critiques de la RDC : cas de la Réserve naturelle d’Itombwe (RNI au Sud-Kivu) ».

« Offrir une meilleure compréhension de l’exploitation minière artisanale de la Réserve naturelle d’Itombwe, en identifiant ses causes, ses caractéristiques et son impact » est l’un des objectifs de cette étude dont les résultats ont été présentés aux experts dans cet atelier, pour enrichissement du rapport final de ladite étude après travaux en commission et débats.

En effet, cette étude présente la population locale, les migrants économiques et les chefs de guerre comme les principaux acteurs qui participent à l’exploitation minière artisanale dans la RNI. Elle évoque sans détour la présence des exploitants industriels et de plusieurs entreprises minières (plus d’une dizaine) qui travaillent dans cette même réserve naturelle d’Itombwe dans la province du Sud-Kivu.

Cet atelier d’un jour a été organisé dans l’optique de présenter pour validation, les résultats de  ladite étude aux experts de toutes les parties prenantes dans la gestion des ressources naturelles et conservation de la nature en RDC.

Il avait également pour mission de lancer la campagne de plaidoyer sur les menaces de l’exploitation minière artisanale dans les aires protégées de la RDC et particulièrement de la Réserve naturelle d’Itombwe et, de recueillir les avis et commentaires des participants en vue de les intégrer dans le rapport de l’étude et de formuler des recommandations.

Dans son mot de circonstance, le Directeur national de WWF, M. Raymond Lumbuenamo a insisté sur la nécessité de protéger la nature et l’obligation de conserver toutes les ressources naturelles en RDC.

En outre, il a succinctement passé en revue la problématique de la conservation en RDC  avant de s’atteler à la gestion de l’espace et d’expliquer comment concilier la conservation des ressources naturelles et l’exploitation minière.

Pour sa part, le Directeur du cabinet adjoint du Ministère des Mines, M. Joseph Ikoli, a indiqué que la Rdc comptait, selon les estimations des experts, plus au moins trois millions d’exploitants artisanaux…, avant de dire que l’exploitation artisanale n’est pas l’avenir de le Rdc.

« Cette enquête initiale tombe donc à point nommé. Elle interpelle les décideurs des secteurs des Mines et de l’Environnement que nous sommes sur la question des activités minières dans les aires protégées, en violation de la loi. Des dispositions seront prises pour interdire toute activité minière dans les zones protégées conformément aux dispositions de la loi minière », a-t-déclaré

Laissez un commentaire